Haïkus partagés

 

       

Cet espace est ouvert aux "haïkistes", les haîkus racontent une sensation surgie de l'instant, d'une scène poétique de la nature.

Le Haïku se dit plus qu'il ne s'écrit.


Quelques contributeurs : Marie-Claude Lhaoucine, Philippe Fabry, Régine Desvois, Solène Paquin et Corinne Paquin-Correggio.

 


Utagawa Hiroshige

 

 

Le printemps est là

sur la montagne sans nom

brume matinale 

Bashô 

 

Pétale après pétale

tombent les roses jaunes -

le bruit du torrent

Bashô 

 


LE HAÏKU

 

Le haïku est une forme poétique Japonaise fixée au Xe siècle. Au Japon, c'est une discipline d'esprit culturelle et poétique très courante encore aujourd'hui.

BASHO, au XVIIe siècle est la grande référence du Haïku.

En France, nous avons assisté au développement d'une école de "haïkistes" depuis quelques siècles déjà, de nombreux poètes et artistes s'y sont initiés.


Son Essence

 

La musicalité du texte : une sensation.

Cette sensation, n'est que suggérée par le texte qui l'anticipe. C'est l'écriture du bref, la plus sèche et la plus dense possible ; il y a une dimension photographique dans le haïku. C'est une démarche pour aller vers l'autre, vers la scène. C'est un échange entre " je" et l'autre. Le " je" ne doit pas être tout puissant, il est dans un effacement distancié.

 


 

Son Contenu

 

C'est une scène qui s'inspire souvent de la nature au sens large du terme. Le haïku originel doit clairement nommer la saison, par un élément distinctif.

Le contenu est en alternance avec le dedans et le dehors. C'est une attention aux choses sans aucune tension. Le haïku, est entre l'immuable et l'éphémère, entre la légèreté et l'équilibre, c'est une relation entre ce qui passe et ce qui demeure.

C'est une manière de décrire sans peser, sans s'appesantir. C'est un échange entre la tête qui pense et le corps.


C'est ce qui arrive dans l'instant de l'infiniment petit. Le détail prend alors une dimension collective. La notion d'éternité est fondamentale, elle est à rapprocher de l'esprit et de la philosophie zen.

 


Dans le haîku, il existe un lien entre :

 

- la scène observée

- vous-même

- le rapport au monde

 

 


Sa Construction

 

3 Vers :      - le 1er 5 syllabes

                  - le 2eme 7 syllabes

                  - le 3eme 5 syllabes

 

Une montée en rythme est insérée dans les 2 premiers vers, une chute dans le troisième. Il s'agit de trouver un rythme mélodique qui lui est propre.

 

" Un bref étonnement." Rainer Maria RILKE

"C'est la recherche d'un rythme, il est fait pour être prononcé." Paul CLAUDEL

"Se livrer peu à peu à ce qui vient". Eugène DELACROIX

 

Corinne PAQUIN-CORREGGIO

 

2013

Le chat s’allonge

Puis pousse un râle

Il est mort

 

Le feu crépite

Dans le silence sombre

Son regard parle

 

Vent passe muraille

Pluie tournicotant

Pas de parapluie

 

 

La grande rhubarbe

Au feuillage troué

Voici l’escargot

 

 

Dans le soir niçois

Des milliers d’étourneaux

Redessinent le ciel


Philippe Fabry

 


 

Ciel de verre

au pied de l'horloge

le temps s'invite.


 

L'espace d'une virgule

tracée sur ton visage

un envol du temps.


 

 

Saveurs en brindilles

la garrigue en sourdine

d'un lapin en cocotte


 

Plaques de cristal,

deux pieds à la dérobée

un martinet s'esclaffe. 


Rivage de chair

ivre d'embruns marins

horizon du soir.

 

Corinne Paquin-Correggio 

 

 

Les tiges flexibles des corps

s'amusent à glisser

le vent poudre la neige des ajoncs.

 

Marie-Claude Lhaoucine

 

2012

le soleil d'hiver

applique sa dorure

sur les arbres nus

 

 

Régine DESVOIS

 

Régine DESVOIS

 

 

 

Entre tous les petits

             tiroirs de la nature

                               une pétale tombe.

 

 

 

Au soleil couchant 

le moineau sortira t'il

du nid du sapin.

 

                                                          Solène PAQUIN

 

 

 

 

Suspendue entre deux nuages

      La fleur rêve

                Aux branches nues 

                                              Philippe FABRY

 

 

 

 

Corinne PC, 2012

 

 

 En apesanteur

l'antre de la pirogue 

 habite l'été.

 

 

 

Au ras des collines

des meules roulées de foin

champs d'or, de lumière.

 

 

 

Lumière rasante

gorges encerclées de noir,

silence d'été.

 


 

 

Corinne PC, 2005-2007

 

 

Frissons de chênes 

les lignes du ciel s’emmêlent,

et la terre gronde.

 

 

 

                                     Soupçon sirupeux

                                                      de miel, d’épices brûlés

                                                                         rouge-gorge débusqué.

 

 

 


 

Nénuphars, 2007, CPC
Nénuphars, 2007, CPC


 

Désert de sable,

                                    Rêve oranger d'un soir

                                                                 Une mouette rit.

 

 

Mariniers d'ailleurs,

Entre les rives du temps,

Histoire d'un détour.

 

 


Chiffres romains   c'est le temps qui bascule   tracé de nuit.

 


 

 

Corinne PC, 1998-2000


Gouttes d'idées, 

                         de la rage à l'ironie 

                                                       ouvre les tiroirs.

 

 

 

 

 

Régine DESVOIS

Humeur printanière
Humeur printanière

 

Bûches de cèdres  

                               allongées dans le sous-bois, sève en silence.

 

      Corinne PC, 2001

 

 

Peuples de bruits, espace désincarné d’un livre à soi.

 

 

Vertiges d'hiver

   Sur les branches déshabillées

D’un fantôme en fuite.

 


Pierres tombales au jardin de l'abandon des noctambules.

 

 

 

Bulle aux saveurs

Des fruits de juillet,

Antre d'un enfant en soi.....

 

 

Corinne PC, 1995 -1997

 

Encre déliée            

                       Jetée sur l'écritoire        

                                                   L’araignée tisse.

 

 

Roseau déplié, sous un voile de rosée caprice de nuit.

 

 

 

Feuillages déteints      

Glissent sur ton flanc ambré

Rivière du soir.

 

 


Rondes dissipées  

                            A l’orée du bois sombre  

                                                               Saut de grenouille.

 

 

 

Soleil de verre

Lignes de rupture calcaire

Cimes déracinées.


 

                        Jasmin et bleuet      ciel d’ivoire en transe        sève de l’été.